Lorsqu’on parle de recyclage, on parle de déchets, mais savez-vous que ce terme peut également évoquer le design ? Oui, c’est ce que le upcycling propose.

 

Qu’est-ce que le upcycling ?

Il s’agit d’un nouveau type de recyclage qui consiste à transformer les déchets en objets design. C’est effectivement possible comme le prouvent aujourd’hui de nombreux designers de talent. Inès Peyret, auteure du Dictionnaire à tout faire anticrise a même déclaré « Les déchets sont devenus nobles, on les transforme dorénavant pour en faire des objets d’art ». C’est une définition assez poétique du upcycling.

Marie Imberton

Marie Imberton est designer et elle est la cofondatrice de la société Reversible à Lyon. Dans la gamme de sa société, on trouve des produits design tous conçus à base de rebuts que le spécialiste des sols Gerflor lui a cédé. En effet, en ayant marre de jeter les chutes de lino, ce spécialiste a fini par contacter la société Reversible pour donner une seconde vie à ses déchets. Grâce au talent de la designer, les rebuts de sols vinyle, de sacs de café en jute, de bâches publicitaires en PVC, de gazon synthétique, de textile, de ballons de basket et de maille se déclinent aujourd’hui en poufs, corbeilles à linge, corbeilles à papier, luminaires, coussins, sets de table, chaises, … et toujours avec un côté original et décoratif.

 

Xavier Degueldre

On le connaît comme le designer branché « seconde vie ». Il est aujourd’hui à la tête de la société Kart by Degueldre et chez lui, en plus de retravailler les vieilles carcasses, il leur ajoute une symbolique. Aujourd’hui, les grands hôtels s’arrachent ses produits comme le Sofitel des Maldives ou le Pullman de Singapour et pourtant, ils ont été conçus à partir de vieux objets destinés à la casse. Parmi ses produits phares, on peut citer ses confortables fauteuils conçus à partir de vieux chariots de supermarchés.

 

Pascale Mussard

Son nom est rattaché à une société baignant dans le milieu du luxe : Hermès, et pourtant, ce designer est vraiment friand de l’upcycling. Pascale Mussard est la nièce de l’un des présidents de la maison Hermès à savoir Jean-Louis Dumas et elle a été codirectrice artistique de la marque. Depuis toujours, tout ce que nous, nous considérions comme « déchets », elle, elle les considérait comme « objet qui pourrait servir ». Elle était alors adepte de la récupération et cette manie l’a finalement amenée à la création de « Petit h » en 2010. Pour elle, la créativité et l’innovation sont ses leitmotivs et elle explique que ce n’est pas l’objet en lui-même qui importe, mais le chemin qu’il a parcouru ».

Sous la marque « Petit h », les carafes en cristal avec un défaut se transforment en luminaires, les chutes de cuir s’entrelacent pour donner des colliers ou des ronds de serviette, les morceaux d’assiettes décorées se déclinent en pendentifs, …

Même si Hermès baigne dans le luxe, le fait que « Petit h » baigne dans le recyclage et donc la manipulation de déchets n’est aucunement une honte. Au contraire, à travers « Petit h », Hermès reste fidèle à sa philosophie de toujours « Le luxe, c’est ce qui se répare ».

 

Jeremy Edwards

Ce designer n’a rien à voir avec le monde du luxe d’Hermès, mais connait bien celui de l’upcycling. Pour lui, le principe « Designers are poor » est totalement démontré puisque ce designer sillonne les rues pour dénicher des vieux meubles à retaper et à recycler sur place. Il n’a pas d’atelier fixe, on le retrouve généralement là où une vieille carcasse a besoin de ses talents.

Marc Langan

Ce designer est spécialisé dans ce qu’il appelle « Corrugated Art ». Cela consiste à plier et à onduler pour obtenir au final des objets d’arts d’un nouveau genre. Les boîtes en carton sont surtout sa principale matière première, mais il touche également d’autres matériaux selon ce qu’il peut trouver. On le surnomme le roi de l’économie circulaire et il n’hésite pas à plagier certaines œuvres, mais à sa manière. Il a par exemple édité sa version du « Cri » du Munch, qui lui a demandé 90 heures de travail.

 

Dadave

Dadave est un plasticien qui travaille sur des pièces métalliques, des fils électriques, des carcasses d’ordinateurs, de télévisions, de postes de radio, des bouts d’objets en tout genre et de tout ce qui peut être appareils électroniques. Sa spécialité : les assembler pour obtenir des sculptures et des tableaux « esthétiques ».

 

Smart Cycle

Ce n’est pas un designer, mais une application de recyclage utile pour les amateurs de l’upcycling ou de recyclage. Elle géo-localise les objets abandonnés ou à donner pour que ceux qui en ont besoin puissent les récupérer. Cette application vise à :

  • assurer la propreté des villes
  • traiter localement les déchets avec un faible impact sur l’environnement
  • permettre à certains de s’équiper à petit prix, voire gratuitement
Share