Les déchets électroniques, appelés également e-déchets, représentent actuellement plus de la moitié des déchets dans le monde entier. Parmi ces déchets, on peut notamment citer les composantes d’ordinateurs et les appareils électroménagers. Certaines décharges grouillent de ces déchets qui contiennent toujours des substances toxiques à l’homme et qui sont à l’origine de nombreuses maladies, notamment chez les personnes qui fouillent ces décharges. A combien estime-t-on ainsi le poids des déchets électroniques dans le monde ?

déchets électroniques

Les principaux pays sources d’e-déchets

En 2014, 41,8 millions de tonnes de déchets électroniques ont été produites dans le monde entier. Ces déchets comprennent des composants électriques et électroniques en tout genre et proviennent des quatre coins du globe. Dans ces e-déchets, on trouve principalement des bijoux de la TIC (Technologie de l’Information et de la Communication, des ordinateurs portables ou encore des téléphones cellulaires. On y trouve également et majoritairement des appareils électroménagers ou des résidus et/ou restes de ces derniers. Les deux pays qui fournissent à eux seuls plus de 30 % de ces déchets électroniques sont, sans aucune surprise, les Etats-Unis et la Chine, cette dernière étant également un des premiers exportateurs de produits électroniques et électriques du monde. Ces déchets ne proviennent toutefois pas de ménages chinois, car ce sont les norvégiens qui produisent le plus d’e-déchets par habitant (28,4kg), mais proviennent surtout d’usines d’assemblage et de production d’appareils électroniques et électriques.

Les utilisations éventuelles de ces déchets électroniques

Ces déchets électroniques sont tout d’abord destinés au recyclage. En effet, rien qu’en France, 7.4 kg d’e-déchets par habitant ont été recyclés l’année dernière. Toutefois, ce chiffre reste encore faible face au poids des e-déchets qui ne cessent d’augmenter. D’ailleurs, selon une estimation, seul un sixième du poids des déchets électroniques du monde serait recyclés. Mais à part le recyclage, ces e-déchets peuvent également être utilisés comme source de minerais à haute valeur ajoutée. En effet, ils contiennent du cuivre et même de l’or qui pourraient être récupérés et revendus sur le marché. Mais une telle initiative a déjà été prise par les pays sous-développés dont les populations se ruent sur ces e-déchet afin de récupérer le maximum de pièces encore utilisables afin de réparer divers appareils et extraire du minerai.

Les dangers qu’ils représentent

Le poids des e-déchets cette année a atteint un record depuis le début de l’ère numérique et la barre des 50 millions de tonnes devrait être dépassée d’ici peu. Pourtant, ils représentent un réel danger. En effet, certains contiennent des substances très dangereuses, comme le chrome ou le mercure, qui peuvent être à l’origine de diverses maladies et infections, notamment chez ceux qui manipulent ces déchets sans protection adéquate. Par ailleurs, ces déchets commencent à prendre de la place dans certaines régions du monde et certains finiront même par être jetés à la mer, ce qui fragilise et met en danger de nombreux écosystèmes marins. Les e-déchets représentent alors une réelle menace et des mesures devraient être prises pour réduire leur poids ainsi que pour optimiser leur recyclage.

Share