Contrairement à l’Allemagne et la Scandinavie, la France est très en retard en matière de tri sélectif. La cause : le manque d’information. En effet, même si de nombreuses campagnes de sensibilisation pour le tri sélectif sont menées chaque année en France, la grande majorité des ménages souhaiterait des méthodes plus catégoriques. Lemon Tri, une jeune startup a donc imaginé une méthode ludique, incitative et efficace pour convaincre même les plus réticents.

Les Français manquent cruellement d’informations

Selon les résultats d’une étude Ipsos publiés le 20 juin 2014, la moitié des personnes interrogées dans le cadre de cette étude s’engageaient à plus trier leurs ordures si et seulement si, elles étaient mieux informées sur le sujet. Parmi elles, neuf personnes sur dix ne seraient pas contre des consignes de tri sur les emballages des produits afin qu’elles sachent ce qu’il faut faire de tel ou tel paquet.

 

Des espaces où le tri sélectif reste inexistant

Outre le manque d’information, il y a des endroits en France où le tri sélectif brille par son absence. Parmi ces lieux, on cite les entreprises et les espaces publics. C’est pour cela que Lemon Tri a décidé de s’en occuper en priorité.

 

Lemon Tri

Lemon Tri a été créée en 2011 par deux amis d’enfance : Augustin Jaclin et Emmanuel Bardin. Leur concept s’inspire de celui utilisé dans les pays nordiques : consigner les emballages des boissons.

 

Comment cela fonctionne ?

Cette méthode de consignation implique que les consommateurs achèteront leur boisson à un prix plus élevé que la normale, qu’ils iront ensuite déposer la bouteille ou la canette dans une machine et qu’en contre partie de ce geste, la machine leur rendra de l’argent. Selon le lieu d’emplacement de la machine, il se peut que la récompense offerte soit autre chose que de l’argent.

 

La récompense en fonction de l’espace

Pour faire plaisir aux usagers de ces machines, la récompense offerte pour une bouteille, un gobelet ou une canette rapportée variera en fonction du lieu. Dans ce contexte, Lemon Tri prévoit différents types de machines qui proposent différentes sortes de récompenses. Ainsi, si vous rapportez une bouteille sur un campus ou dans une entreprise, vous gagnerez un jeton pour avoir une boisson gratuite. Si vous vous trouvez dans un centre de sport, la récompense pourra être une séance de sport gratuite. Si vous vous trouvez dans un centre commercial, vous pourrez gagner un bon d’achat dans un magasin. De ce fait, les récompenses seront choisies en fonctions de l’emplacement de la machine et ce, dans un but purement incitatif.

 

Aide à une association

En rapportant un emballage de boisson à l’une des machines de Lemon Tri, vous sauverez la planète et viendrez en aide à une association puisqu’à chaque emballage rapporté, un centime d’euro sera versé à une association.

 

Trois types de machines différentes

Pour ses débuts qui seront également une période test, Lemon Tri propose trois types de machines différentes. Cela lui permettra de déterminer le profil des usagers et la quantité d’emballages qu’une machine peut avaler. Toutefois, la startup prévoit déjà trois autres machines de plus d’ici à la fin de cette année. Toutes les machines auront bien sûr des caractéristiques différentes pour qu’elles puissent s’adapter à leur milieu, mais elles auront également des points communs tels que la capacité à détecter et à trier les différents types d’emballage. Autrement dit, l’usager n’aura pas à déposer l’emballage dans un emplacement spécifique selon sa nature, mais c’est la machine qui se chargera de le mettre dans le bon bac.

 

Un bon retour pour les partenaires de la startup

Puisque les machines peuvent trier les différents types d’emballages qui leur sont rapportés, les partenaires de la startup peuvent effectuer un meilleur suivi quant à la quantité d’emballages récupérés et à la valorisation de la matière recyclée. Cela leur permettra d’adapter les machines aux besoins des usagers.

 

Renforcer la visibilité : une étape importante

Lorsque la machine est installée dans un établissement, Lemon Tri vient en aide à l’établissement pour renforcer la visibilité de l’appareil. Ainsi, une journée de sensibilisation sera par exemple organisée pour attirer l’attention du public sur la machine, ses récompenses et son mode d’emploi. Des démonstrations seront même réalisées pour joindre la théorie à la pratique. Aussi, la startup aide ses partenaires à mieux valoriser ses équipements.

 

Bilan de l’année 2014

Rien que pour 2014 en France, Lemon Tri a réussi à récupérer 10 tonnes de déchets dont un peu plus de 250 000 bouteilles. Pour 2015, la startup espère en récolter plus puisque d’autres machines ont été déployées dans d’autres emplacements comme au Parc du Futuroscope. Elle possède actuellement un total de 120 machines et prévoit d’augmenter son parc à 150 d’ici au 31 décembre 2015. Pour Lemon Tri, les ambitions sont claires : s’implanter dans d’autres pays autres que la France et la Belgique (où elle est déjà présente) si tout se passe bien. Elle vise particulièrement les pays d’Europe du Sud et de l’Est afin de devenir dans les prochaines années le leader européen dans ce domaine.

Share