D’après la dernière méthode des communes alsaciennes pour conscientiser sur le tri sélectif des déchets, tous les moyens sont bons pour se faire entendre. Après les jeunes, ce sont maintenant les seniors qui prêchent la bonne parole du tri sélectif et tout comme les jeunes, nos aînés n’hésitent pas à faire du porte-à-porte pour être entendus.

Des ambassadeurs du tri pas comme les autres

Depuis toujours, on laissait ce boulot aux jeunes en insertion, mais le Syndicat mixte Thann-Cernay (SMTC) en a décidé autrement. Il a tout simplement décidé de recruter six seniors âgés de la soixantaine pour faire de la sensibilisation au sein de ses 19 communes. Comme les jeunes, les seniors portent des gilets fluo sur lesquels on peut voir inscrit les « ambassadeurs du tri » de Thann-Cernay, dans le Haut-Rhin. Leur mission : faire du porte-à-porte et prêcher la bonne parole du tri sélectif des déchets. Il faut noter que des milliers d’ambassadeurs de ce genre œuvrent à travers la France et ils ont tous pour rôle d’expliquer l’importance du tri sélectif et les bonnes méthodes pour s’y mettre et ce, afin de réduire le volume des déchets incinérés. Les ambassadeurs du SMTC ne diffèrent donc que par leur grand âge.

 

Pourquoi avoir recruté des seniors ?

Selon le président du SMTC, ils ont envoyé des jeunes du service civique pour faire ce travail il y a trois ans de cela, mais cela n’a pas porté ses fruits. Les jeunes ont bien rempli leurs missions en toquant à la porte, mais personne ne leur ouvrait. Le président du Syndicat a donc pensé que si les ambassadeurs étaient plus âgés, les gens se sentiraient plus en confiance et seraient plus accueillants. Il a vu juste …

 

Les seniors séduisent

Le SMTC a eu une bonne intuition, car depuis qu’il emploie des seniors, les portes s’ouvrent plus facilement. Depuis que l’expérience a commencé vers le début du mois de juin en Alsace, six fois sur dix, les gens acceptent d’écouter les aînés. Pour Sylviane Grandin (60 ans) et Gilles Siffert (59 ans), ils ne se souviennent que de deux ou trois refus depuis qu’ils ont joué aux ambassadeurs du tri sélectif. Quant à l’accueil qui leur est réservé, la convivialité et le respect sont presque toujours présents. Pour Gilles, leur grand âge inspirerait plus de sérieux pour leurs interlocuteurs.

 

Une aide précieuse pour les seniors

Pour le SMTC, avoir embauché des seniors est une bonne chose, mais cela l’est également pour les seniors qui se retrouvent de nouveau dans le monde du travail. Pour ce nouveau contrat, le syndicat n’a recruté que six seniors dont six hommes et six femmes, des chanceux puisque non seulement ils ont de quoi s’occuper, mais ils touchent en plus un salaire décent de 660 euros net pour 80 heures de travail par mois. Le plaisir est donc au rendez-vous surtout que ces seniors, étaient tous au chômage et en quête d’emploi. Sylviane a enchaîné les mi-temps pendant cinq ans ce qui ne lui assurait guère une bonne retraite. Ce nouveau job est donc pour elle une bénédiction tout comme il l’est aussi pour Gilles, qui était au chômage depuis trois mois avant d’être embauché. Ils sont sous contrat pendant six mois et si ce premier test est concluant, il pourra se prolonger.

 

Un moyen pour rester en société

Toutefois, pour ces ambassadeurs du tri sélectif âgés, la paie n’est pas la motivation première. En effet, contrairement aux jeunes, ils prennent réellement plaisir à travailler puisqu’ainsi, ils entrent en contact avec leur entourage et se sentent utiles malgré leur âge. Pour eux, leur travail leur donne une opportunité d’agir pour la planète et ce, même si ce n’est pas facile tous les jours. Il faut effectivement savoir que malgré leur joie de retravailler, ces seniors ne sont pas des spécialistes du tri sélectif. Lorsqu’ils ont été recrutés, ils ont suivi une formation de six semaines en termes de relation avec le public et de gestion des déchets. Dans certains cas, les entrevues ne durent que quelques minutes, jusqu’à ce qu’ils remettent la plaquette « mémo-tri » à leurs interlocuteurs, mais parfois, cela peut se prolonger plusieurs heures.

Share