Il s’agit-là d’une belle réussite puisque dans cette petite ville japonaise située sur l’île de Shikoku, les habitants ont atteint un taux de recyclage de leurs déchets de 79 %. Ils ont même fait l’effort de les trier en 34 catégories différentes pour faciliter le processus.

Une corvée devenue habitude

C’est en 2003 que la préfecture de Tokushima a intégré le recyclage dans les habitudes quotidiennes des habitants. Ces derniers l’ont, à cette époque, considéré comme une corvée, voire une punition, mais aujourd’hui, ils sont plus fiers que jamais de ce qu’ils ont accompli en 13 ans. Au fur et à mesure, le tri sélectif des déchets et le recyclage sont devenus des habitudes auxquelles les citoyens de cette ville se plient avec une bonne volonté flagrante et une certaine fierté.

Cela est d’autant plus louable en sachant que plus de la moitié de la population de Kamikatsu a dépassé les 65 ans. Ainsi, malgré leur grand âge, les habitants n’ont pas rechigné à prendre leurs responsabilités malgré les exigences que demandait le recyclage.

Leur principale motivation ? L’avenir dont les futures générations hériteront.

Une démarche rigoureuse

La ville affiche aujourd’hui un taux de recyclage de 79 % et d’ici 2020, elle pourra atteindre les 100 % soit le seuil du Zéro déchet.

Un objectif que les habitants souhaitent tous réaliser et pour ce faire, chacun met la main à la pâte malgré les démarches rigoureuses exigées. En effet, à Kamikatsu, ce sont 51 objets différents (journaux, cartons, flyers, canettes, bouteilles en plastique, …) qui sont triés selon 34 catégories.

Poubelles de tri sélectif des déchets

Toute la population a désormais acquis les bases du processus et c’est ainsi que :

  • tout ce qui est déchet alimentaire est composté
  • les emballages qui entrent en contact avec un aliment sont lavés avant de passer dans la poubelle appropriée
  • chaque citoyen rapporte lui-même son sac de déchets à la station de recyclage de l’ONG Zero Waste Academy une fois que celui-ci est rempli

Au sein de cette ville, il n’y a donc pas de camion qui va passer ramasser les ordures puisque chacun se charge de les rapporter à la station. Une autre mesure exemplaire et qui invite le citoyen à s’impliquer encore un peu plus.

Pour ne pas les décourager, la station reste ouverte toute la semaine même durant le week-end à des horaires connus de tous.

Objets récupérés et transformés

En complément du processus, deux magasins ont été ouverts à proximité de la station. Le premier baptisé Kurukuru regroupe divers objets récupérés auprès de la station et que les citoyens peuvent reprendre gratuitement. Le second, quant à lui, recycle les vieux tissus pour les transformer en vêtements ou autres objets.

Avec cette participation collective, la commune a pu réduire son budget déchets d’un tiers.

Retrouvez chez Ekorys différents modèles de poubelles de tri sélectif.

Share