La France rejette, avec les DROM, des milliers de tonnes de déchets par an. En France métropolitaine, la poubelle des ménages a un portrait-robot similaire à celui des autres pays européens : des déchets organiques, du verre mais surtout beaucoup de plastique. En Ile-de-France, les habitudes des ménages sont quelques peu différents de celles des autres régions.

poubelle

Voici le portrait-robot de la poubelle francilienne.

Des franciliens qui ne jettent plus beaucoup d’ordures

D’après une étude, le rejet d’ordures des ménages situés en Ile-de-France est nettement moins élevé que celui des autres régions de France. Ce qui est quelque peu paradoxal lorsque l’on sait que cette région abrite une des trois villes françaises les plus peuplées, à savoir Paris. Cette baisse de rejet, de moins 11kg par rapport à l’an 2012, est probablement due à la crise économique qui a récemment sévi en France et dans la plupart des pays d’Europe. En effets ménagères, ce qui est, moins les franciliens consomment, moins ils rejettent d’ordure très logique. Ils ont également fait attention à leurs dépenses et ont refusé le superflu et l’excès pour laisser place aux quantités exactes et non au gaspillage. A titre d’exemple, prenons une poubelle à ordures standard qui reçoit à peu près tout ce qui n’est pas recyclable, les restes d’aliments et bien d’autres résidus produits par les ménages régulièrement. Elle aurait accueilli, en 2013, 295 kilos d’ordures sur les 462 kg qu’un francilien aurait jeté cette année-là. Et pourtant, ce chiffre pour les ordures standard est toujours en baisse, ce qui est une bonne nouvelle pour les associations de défenseurs de l’environnement qui prônent le tri. Les ordures résiduelles laissent en effet place aux ordures destinées au tri et au recyclage. D’ailleurs, la région parisienne affiche un des taux les plus élevés de déchets recyclés par habitant par année (environ 66kg en 2013).

Les ordures destinées au recyclage sont en hausse

Dans la région parisienne, le recyclage est de mise et commence à devenir la priorité des habitants. En effet, sur les 462kg de déchets par habitant, 20 kg étaient composés de verre destiné au recyclage et 34kg étaient composés d’emballages et de papiers. Et c’est justement sur ces derniers qu’a été mis l’accent. En effet, ce chiffre était bien plus élevé en 2012 mais il a diminué pour beaucoup de raisons. Les franciliens commencent par exemple à refuser les prospectus, qui représentaient presque la moitié de leurs ordures en papier, et compostent eux-mêmes les déchets qui peuvent être transformés (environ 2kg par habitant par an). Ce penchant anti gaspillage et pro tri a valu à la région Ile-de-France d’être l’une des régions dans lesquelles on a le plus grand taux de recyclage d’ordures en France. En effet, malgré les 111kg par habitant rejetés dans les déchèteries de la région par an, environ 190 tonnes de déchets ont été réutilisés et presque la moitié recyclés. La région Ile-de-France est ainsi une des régions phares du recyclage, un modèle pour les autres régions qui devraient en faire de même afin de redorer le blason de la France toute entière dans le domaine du tri et du recyclage de déchets.

Share