Afin de réussir la transition énergétique, les professionnels du bâtiment sont invités à privilégier l’utilisation de matériaux bio-sourcés.

L’objectif poursuivi

La loi sur la transition énergétique pour la croissance verte du 17 août 2015 a fixé pour objectif la revalorisation de 55 % de déchets organiques sous forme de matière d’ici 2020 et 65 % d’ici 2030 et ce, à travers leur réutilisation et leur recyclage.

Toutes les filières sont concernées par cette transition, surtout le secteur du BTP qui reste très énergivore. Pour réduire sa consommation de ressources, l’utilisation de matériaux bio-sourcés est une solution à envisager.

Les matériaux bio-sourcés

Issus de production française, ces matériaux peuvent être utilisés à différents niveaux du bâtiment puisque peuvent prendre des formes variées telles que des panneaux isolants, des bétons végétaux, des matériaux composites, …

Économie circulaire : privilégier les matériaux bio-sourcés est nécessaire dans le bâtiment

Grâce à leurs propriétés, ces derniers répondent parfaitement aux exigences de l’économie circulaire qui sont :

  • économiser les ressources en utilisant des modèles générant très peu de rejets
  • réutiliser la matière afin de prolonger leur durée d’usage et améliorer leur mode d’utilisation

A part une production qui consomme très peu d’énergie et d’eau, ces matériaux affichent également de nombreuses performances économiques et techniques. Au point de vue économique, ils :

  • génèrent de nouvelles activités industrielles et agricoles
  • développent les filières locales
  • améliorent la qualité sanitaire
  • réduisent globalement le coût de l’énergie

Au point de vue technique, ils forment un excellent isolant acoustique et thermique, sont durables et ont un caractère hygrothermique.

Fabrication de ces matériaux

De nombreuses matières premières provenant de la biomasse peuvent être utilisées dans leur conception. Le choix se fait en fonction de l’usage futur du matériau fabriqué.

Pour isoler les murs, les sols, les toitures de l’intérieur ou de l’extérieur et ce, dans une construction neuve ou dans le cadre d’une rénovation, des fibres végétales ou recyclées issues de lin, de bois, de coton recyclé, de balle de riz ou de céréales, de papiers recyclés ou encore de chanvre peuvent être utilisés dans la fabrication d’isolants.

Pour optimiser le confort de l’habitat en misant sur ses propriétés acoustiques, mécaniques, hygrothermiques et thermiques, on opte plutôt pour du granulat végétal à base de bois, de chanvre, de lin, de tournesol, de colza, de miscanthus, …associé à un liant minéral à base de mortiers et bétons végétaux. Ces matériaux sont surtout utilisés pour doubler, de l’intérieur ou de l’extérieur, les murs, les isolations de toiture et de sol ainsi que les enduits intérieurs.

Pour ce qui est du vernis, de la peinture, des pigments ou de la colle, il est aujourd’hui possible de trouver des versions composées d’ingrédients naturels et bio-sourcés. Leur utilisation assainit la qualité de l’air au sein de l’habitat.

Pour la mise en place de parois, que ce soit pour des finitions, des structures, des isolations ou des réseaux, les systèmes préfabriqués dits « intégrés » sont à privilégier. Il peut s’agir de bétons végétaux, d’isolants, de bois d’œuvre ou de paille.

Enfin, pour réaliser un cloisonnement, un planchers, un contreventement ou une paroi coupe-feu, on peut trouver des panneaux de cloisonnement bio-sourcés sous forme de panneaux d’anas de lin ou de paille compressée ou encore des plaques de fibres de papier recyclé.

En termes de recyclage, Ekorys propose divers modèles de poubelles de tri sélectif pour le faciliter.

Share