Pour garantir la propreté des rues, la ville de Bruxelles a adopté diverses mesures pour faire taire les mauvaises critiques qu’elle a eues récemment. Des poubelles « intelligentes » ont été rajoutées au paysage bruxellois.

poubelle

Photo BigBelly/Facebook

Des poubelles « intelligentes » ?

Oui, contrairement à nos bennes à ordures et poubelles ordinaires, celles adoptées par Bruxelles sont réellement intelligentes puisque ce sont des objets connectés. Il s’agit en réalité de poubelles 2.0 pourvues d’un panneau photovoltaïque chargé d’alimenter la batterie en énergie électrique renouvelable. Cette dernière actionne le bélier compresseur de déchets ainsi qu’un système informatique de géolocalisation et de transmission de données de remplissage. Ainsi, lorsque le piéton y jette un déchet, quelle que soit sa nature, celui-ci sera compressé automatiquement. La compression se fait directement dans la corbeille et commence dès que la poubelle sera fermée. Cette fonction lui permet d’afficher une capacité de 600 litres au lieu des 125 litres sans compression. Lorsque les 600 litres sont atteints, la poubelle émet un signal d’alerte pour qu’elles soient vidées rapidement.

Un premier test réussi

Selon Karine Lalieux, échevine de la propreté, la ville a déjà eu le plaisir de tester ces poubelles pendant les Plaisirs d’Hiver. Elle en a loué six pendant un mois entier et cela a permis de garder propre les lieux ou elle étaient installées, malgré la foule.

Une poubelle à 5 000 €

Pour se doter de ces poubelles 2.0, Bruxelles a fait un investissement assez conséquent puisque l’unité coûte quand même 5 000 €. Jusqu’ici, elle en a acheté 18 pièces et on les voit déjà sur différentes zones piétonnieres de la ville. Elles sont toutes répertoriées sur une carte interactive et c’est également grâce à ce système que la poubelle-robot contacte la « centrale » lorsqu’elle s’apprête à déborder ou en cas de problèmes techniques. Dans ces cas-là, leur fermeture/ouverture sera commandée à distance et ce, jusqu’à ce qu’une vidange ou une réparation se fasse.

150 000 € pour 30 poubelles 

À part les 18 poubelles qui ont déjà envahi les piétonniers, une douzaine arrivera au mois de mai prochain pour compléter le lot de 30 pièces. La ville a obtenu la totalité à 150 000 € soit environ 4 200 € l’unité. Malgré ce coût faramineux, l’échevine se défend en déclarant qu’elles pourront réduire les tournées de 80 %. Quoi qu’il en soit, la ville a déjà pris sa décision et on peut déjà retrouver ces gloutons à déchets à Dublin, à Strasbourg, à Manhattan, à Stockholm et à Amsterdam.

 

 

Share